Skip to content Skip to left sidebar Skip to footer

Non classé

Jeudi 18 Novembre 2021 à 13h30 au C.S.C.S Jean Paulhan sur inscription

Le 18 Novembre 2021
Spectacle « Guerre, Paix et bidoune »

Véritables tranches de vie, le spectacle de Zora Bensliman Guerre, paix et
bidoune est un joyeux bazar mêlant chants, musiques, textes et retrace les
souvenirs de sa jeunesse franco-algérienne.

Elle y raconte la « schizophrénie identitaire »
« En raison de ma double culture franco-algérienne, je m’interroge constamment sur la place que
j’ai, que je me donne, que je prends dans la société. Comment la trouver ? Comment la définir ?
Où est-ce que je me situe par rapport aux autres ? Ma place à l’école, dans la famille, dans la
fratrie, au travail, la place des filles, des garçons ».

À travers des souvenirs d’enfance et de jeunesse, « Guerre, paix et bidoune » évoque le
féminisme, la religion, les complexes et les contradictions de cette double culture avec la
volonté de ne rien dramatiser, loin de tout dogmatisme. « J’aimerais sortir des poncifs, aborder
les choses sans tabou, loin des étiquettes et des préjugés. André Gide a dit un jour « Choisir
c’est renoncer » et j’ai compris que je ne voulais renoncer à rien. Comme disait ma mère, je veux
« le dessert et le fromage », autrement dit le makrout et le camembert.
Je veux être libre et acceptée comme ça !… »

Le 18 novembre action culturelle /Atelier de 13h30 à 14h30 Parents
Thématiques :
La place de la femme dans la société, rapport fille mère et garçon, la religion face aux autres,
Double culture.

1) Présentation de phrases du spectacle pour libérer la parole en cercle. (Compréhension,
réflexion, analyse)
2) Etudes de cas, situation réelle, témoignages.
3) Les mettre en scène sur le mode théâtre forum pour analyser la situation ensemble au
plateau. (Situation conflictuelles, petites scénettes de moins de 3 minutes)
4) Trouver une fin qui se passe mal puis une fin qui se termine bien.
5) Ensemble trouvons des solutions ou pas et rejouons les scènes.
6) Sensibilisation au débat théâtre forum.

Vacances Octobre 2021

Les inscriptions ont débuté ce jour pour le centre de loisirs au Centre social Jean Paulhan, il reste des places !!!!

Halloween

Le centre Jean PAULHAN vous propose des activités gratuites sur le thème d’Halloween à venir partager en famille les 13 et 20 Octobre .
Pensez à vous inscrire car les places sont limitées.

Musique au Mas de Mingue !

Sur inscription au CSCS Jean Paulhan : 04 30 06 77 44 (Fabienne ou Sandrine),
Les enfants doivent être avec un adulte durant l’atelier. (à partir de 6 ans).

Un jeu à Jean Paulhan pour la Journée Internationale de Lutte pour le Droit des Femmes

Ce lundi, la Journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes a été célébrée au Mas de Mingue, ouvrant une semaine dédiée à ce sujet plus que d’actualité, entre les écarts de salaires toujours en vigueur, le mouvement  #MeToo dénonçant les violences sexuelles, ou encore le manque de visibilité criant des femmes dans les postes à responsabilité.

Invitées au centre socioculturel Jean Paulhan, une vingtaine de femmes du quartier ont rejoint ce moment d’échange proposé par un partenariat de plusieurs associations : AMAOS, La Rencontre, et la Pléïade. C’est autour d’un jeu de société réalisé par l’association AMAOS et ses adhérentes portant sur le traitement de la femme dans la société, que se sont ouvertes les discussions, déclinées en plusieurs catégories matérialisées par des cartes-question telles « paroles de femmes », « qui suis-je », « clichés », « égalités-inégalités ». Un jeu sans gagnant ni perdant dont le but aura été de faire connaître des dates clés, des personnages féminins ayant marqué l’histoire, ou encore de mettre à jour les petites blagues misogynes et insidieuses couramment usitées au sein de notre société.

Une délégation municipale, menée par François Courdil, Adjoint délégué à la politique de la ville et aux centres sociaux, et composée notamment des adjointes municipales Dolorès Orlay Moureau et Carole Solana, a ensuite fait son apparition pour saluer l’initiative et inviter « les femmes à prendre leurs places au sein des quartiers ». Délégation qui s’est ensuite effacée pour reprendre le jeu dans lequel sont entrées les voix des deux adjointes, tandis que François Courdil quittait les lieux…

La Journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes, une affaire uniquement de femmes ?